Restez informés

Retrouvez chaque lundi la Newsletter de la semaine.

inscrivez-vous à la lettre d'information

Stalingrad : échanges avec les riverains

Cadre de vie -  À propos de Malakoff

Suite à une série d’incivilités constatée dans le quartier, la municipalité avait convié, le 3 juillet dernier, les habitants de Stalingrad à une...

[ dernière mise à jour : 08.07.2019 ]

Suite à une série d’incivilités constatée dans le quartier, la municipalité avait convié, le 3 juillet dernier, les habitants de Stalingrad à une réunion publique, organisée à la Fabrique des arts pour « vous écouter pour apporter des réponses ». Jacqueline Belhomme, la maire de Malakoff, accompagnée de plusieurs élus, a ainsi énoncé l’objectif de cette rencontre, en tenant à préciser : « Vous vivez une situation qui n’est pas simple, mais vous êtes dans votre quartier et vous avez le droit d'y vivre sereinement ». Des représentants de Paris Habitat étaient également présents, de même que Quentin Bevan, le tout nouveau commissaire de la Police nationale, en poste depuis le 1er juillet. 

Dénonciation des nuisances

Plusieurs personnes ont évoqué le trafic de stupéfiants qui s’est développé dans le quartier et le dérangement et l’angoisse que cela génère. « Des jeunes s'installent sur des chaises, notamment devant l'entrée de l'immeuble situé au 21 ter, on se fait insulter régulièrement, simplement en rentrant chez soi », a raconté un habitant, tandis qu’une autre personne rapportait un nouveau phénomène, également source de nuisances : les rodéos à moto. « Je suis venu vous écouter, mais je n'ai pas de solution miracle. Depuis le 1er janvier, nous avons procédé à 39 interventions dans le quartier et interpellé 25 personnes », a pour sa part souligné le commissaire de police. Il a reconnu qu’il était difficile d’arrêter complètement le trafic, mais que ses services allaient engager un plan d’action très offensif en la matière. « Sachez en tout cas que la Police nationale n'abandonne aucun territoire. N'hésitez jamais à composer le 17 sur votre téléphone, si vous vous faites insulter ou agresser », a insisté le fonctionnaire de police, avant d’interroger directement l'assistance : « Qui parmi vous a déjà appelé le 17 ? » Seules quelques mains se sont levées dans le public. 

Réflexion autour d’un futur espace vert

D’autres questions ont porté sur le devenir du parking, récemment occupé par les engins de chantier du Grand Paris express. « Allons-nous retrouver des emplacements ? » ont ainsi demandé un certain nombre d’habitants. « Le monde évolue et le sens de l'histoire plaide pour une réduction de l'usage de la voiture en ville », a fait valoir Jacqueline Belhomme, avant que Christine Hugues, directrice territoriale de Paris Habitat, ne présente le projet du bailleur pour ce site. « Nous vous proposons de créer ici un espace végétalisé de 600 m2, avec beaucoup de plantations pour favoriser la fraîcheur.» Une idée qui a été loin de faire l’unanimité, beaucoup redoutant « que le lieu ne soit rapidement squatté et dégradé ». La maire a tenu à rappeler que « le travail de concertation avec Paris Habitat allait se poursuivre, notamment sur l’aménagement du cœur de cité et la commercialisation des locaux aujourd’hui inoccupés », avant d’annoncer un renforcement des permanences de service public à la Maison de quartier Barbusse et la prochaine arrivée d’une compagnie artistique qui sera en résidence à Stalingrad.

Retour