Restez informés

Retrouvez chaque lundi la Newsletter de la semaine.

inscrivez-vous à la lettre d'information

Jouer avec la géométrie

Les élèves découvrent l’aérodynamisme durant les ateliers scientifiques.

[ dernière mise à jour : 16.04.2018 ]

L’air est une drôle de matière. « C’est invisible et ça ne sent rien », explique Valentin 8 ans. Depuis le début de l’année, des élèves de CE2-CM1 de l’école Guy-Môquet participent aux ateliers scientifiques proposés par l’association Icare, en partenariat avec la Ville et l’Aclam. « L’objectif est de leur faire découvrir les propriétés de l’air à travers une démarche d’expérimentation scientifique », indique Serge Baudry, animateur d’Icare. Pour cette quatrième rencontre, les élèves élaborent leur projet de classe : la fabrication de cerfs-volants.

Dans la salle de classe, l'expert est à côté d'un groupe d'élèves qui commence à construire un cerf-volant.

Têtes en l’air

Répartis en petits groupes, ils choisissent eux-mêmes la forme de la voilure. Carré, rectangle, losange, ovale, les idées fusent. « Et si on en fabriquait un en forme de tache d’encre ? », demande Clara. « Pourquoi pas, nous verrons bien si cela fonctionne », pas question pour l’animateur de contrarier ces jeunes chercheurs, la démarche scientifique se construit à partir d’hypothèses, qui se vérifient ensuite par l’expérience.

Dans une salle de classe, trois jeunes filles tiennent le bout d'un sac poubelle pour fabriquer un cerf-volant

En moins de 15 minutes, les enfants fabriquent une dizaine d’engins à partir de sacs poubelles et de bouts de laine puis partent les tester dans la cour. Par chance, il y a un peu de vent. Les élèves préfèrent pourtant courir dans tous les sens, traînant derrière eux leurs engins. « Je vous rappelle que c’est le vent qui doit porter le cerf-volant et non vous qui devez le tracter ! », lance Serge Baudry. Quelques-uns s’envolent tant bien que mal. Celui en forme de tache est cloué au sol, tandis que le rectangulaire a une meilleure prise d’air.

Trois jeunes garçons font volet la base de leur cerf-volant dans la salle de classe

Des expérimentations ludiques

Car oui, l’aérodynamisme répond à des règles précises et nos petits chercheurs en ont déjà expérimenté les bases. « Pour bien voler, il faut que le cerf-volant soit assez grand et bien équilibré », détaille Rébecca. En tirant les conclusions de ce premier essai, les élèves vont pouvoir affiner leur prochaine réalisation : un grand cerf-volant confectionné avec une toile spéciale.

Deux petites filles font voler un cerf-volant dans la cour de l'école Guy-Môcquet

Pour leur professeure, Teresa Urgel, l’atelier est une réussite. « Les élèves sont extrêmement motivés par ces expériences ludiques souligne-t-elle. Ils travaillent la géométrie, les mathématiques, l’expression orale, la collaboration en équipe. » Kelly, du haut de ses 10 ans, partage son point de vue. « En fait, je n’ai pas l’impression de travailler, je m’amuse en apprenant plein de choses ! » Et ce n’est pas fini, il reste encore une séance pour finaliser ce cerf-volant, avant la préparation de l’exposition de fin d’année.

 

Crédit photos : Ville de Malakoff, Séverine.

Retour